Ecriture - Quand la tyrannie se termine

Mais très peu de temps, et le Liban sera changé en verger, et le verger sera considéré comme une forêt ! Ce jour-là, les sourds entendront les paroles d'un livre ; et des ténèbres et des ténèbres, les yeux des aveugles verront. Les humbles trouveront toujours la joie dans l'Éternel, et les pauvres se réjouiront dans le Saint d'Israël. Car le tyran ne sera plus et l'arrogant sera parti ; tous ceux qui sont attentifs à faire le mal seront retranchés, ceux dont la simple parole condamne un homme, qui piège son défenseur à la porte, et laisse le juste avec une réclamation vide. -Première lecture de messe d'aujourd'hui

Le jour de la grande tuerie, quand les tours tomberont, la lumière de la lune sera comme celle du soleil et la lumière du soleil sera sept fois plus grande que la lumière de sept jours. Le jour où l'Éternel pansera les plaies de son peuple, il guérira les meurtrissures laissées par ses coups. -Première lecture de la messe du samedi

Le soleil deviendra sept fois plus brillant qu'il ne l'est maintenant. —Père de l'Église primitive, Caecilius Firmianus Lactantius, Les Instituts divins

 

Les livres d'Isaïe et de l'Apocalypse peuvent sembler à première vue sans rapport. Au contraire, ils mettent simplement l'accent sur différents aspects de la fin des temps. Les prophéties d'Isaïe sont une vue compressée de la venue du Messie, qui triomphera du mal et inaugurera une ère de paix. L'erreur, pour ainsi dire, de certains des premiers chrétiens était triple : que la venue du Messie mettrait immédiatement fin à la tyrannie ; que le Messie établirait un royaume physique sur terre ; et que tout cela se déroulerait de leur vivant. Mais saint Pierre a finalement mis ces attentes en perspective lorsqu'il a écrit :

N'ignorez pas ce seul fait, bien-aimé, qu'avec le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. (2 Peter 3: 8)

Puisque Jésus Lui-même a été explicite que « Mon royaume n'appartient pas à ce monde »,(1)Jn 18: 36 l'Église primitive a rapidement condamné la notion d'un règne politique de Jésus dans la chair sur terre comme millénarisme. Et c'est ici que le livre de l'Apocalypse rejoint Isaïe : les premiers chrétiens comprenaient clairement que le « millénaire » dont parle le chapitre 20 de l'Apocalypse était l'accomplissement de l'ère de paix d'Isaïe, et qu'après la mort de l'Antéchrist et la fin de l'emprise mondiale de la « bête », l'Église régnerait pendant « mille ans » avec le Christ. 

J'ai aussi vu les âmes de ceux qui avaient été décapités pour leur témoignage à Jésus et pour la parole de Dieu, et qui n'avaient pas adoré la bête ou son image ni accepté sa marque sur leur front ou leurs mains. Ils sont venus à la vie et ils ont régné avec Christ pendant mille ans. (Révélation 20: 4)

Le point de vue le plus autoritaire, et celui qui semble le plus en harmonie avec les Saintes Écritures, est qu'après la chute de l'Antéchrist, l'Église catholique entrera à nouveau dans une période de prospérité et de triomphe. -La fin du monde actuel et les mystères de la vie future, Le P. Charles Arminjon (1824-1885), p. 56-57; Presse de l'Institut Sophia

Les premiers Pères de l'Église ont écrit à propos de ces temps de « bénédiction » sur l'autorité de saint Jean et de l'Écriture elle-même. Utilisant le langage hautement allégorique d'Isaïe pour désigner spirituel réalités,(2)Contrairement à ce que certains érudits bibliques prétendent, saint Augustin n'était pas opposé à la compréhension d'Apocalypse 20 :6 comme une sorte de renouveau spirituel : « … période, un saint loisir après les travaux de six mille ans depuis que l'homme a été créé… (et) il devrait s'ensuivre à l'achèvement de six mille ans, à partir de six jours, une sorte de sabbat du septième jour dans les mille ans suivants… Et cette opinion ne serait pas répréhensible, si l'on croyait que les joies des saints, en ce sabbat, seront spirituelles, et conséquentes à la présence de Dieu… » — St. Augustin d'Hippone (354-430 après JC ; docteur de l'Église), De Civitate Dei, Bk. XX, Ch. 7, Presses de l'Université catholique d'Amérique ils ont parlé de ce qui est essentiellement l'accomplissement du Notre Père : quand viendra le Royaume du Christ et son sera fait « sur la terre comme au Ciel. »

Ainsi, la bénédiction annoncée se réfère sans aucun doute au temps de Son Royaume, lorsque le juste décidera de ressusciter des morts; lorsque la création, renaissant et libérée de l'esclavage, produira une abondance d'aliments de toutes sortes provenant de la rosée du ciel et de la fertilité de la terre, comme le rappellent les aînés. Ceux qui ont vu Jean, le disciple du Seigneur, [nous disent] qu'ils ont entendu de lui comment le Seigneur a enseigné et parlé de ces temps ... —St. Irénée de Lyon, père de l'Église (140-202 après JC); contre les hérésies, Irénée de Lyon, V.33.3.4, Les Pères de l'Église, Éditions CIMA

Ceux qui donnent à Isaïe une interprétation purement historique ignorent cet enseignement de la Tradition et privent les fidèles de l'espérance et de la justification de la parole de Dieu ça vient. Jésus et saint Paul ont-ils parlé des douleurs de l'accouchement avant la Jour du Seigneur seulement pour qu'il y ait un mort-né ? Les promesses de l'Ancien et du Nouveau Testament selon lesquelles les pauvres et les humbles hériteront-elles de la terre seront-elles vaines ? La Sainte Trinité doit-elle lever les bras et dire : « Hélas, nous avons essayé d'étendre l'Évangile jusqu'aux extrémités de la terre, mais tant pis si notre ennemi éternel, Satan, était tout simplement trop intelligent et fort pour Nous ! 

Non, les douleurs de l'accouchement que nous subissons actuellement conduisent à un « naissance » qui entraînera la « restauration du Royaume du Christ », ainsi enseigné le pape Pie X et ses successeurs.(3)cf. Les papes et l'ère naissante L'intelligence relationnelle c'est restauration du Royaume de la Divine Volonté dans le cœur de l'homme qui était perdu en Adam — peut-être le "résurrection» dont parle saint Jean avant le jugement dernier.(4)cf. La Résurrection de l'Église Ce sera le règne de Jésus « Roi de toutes les Nations » dans les Son Église d'une manière toute nouvelle, ce que le Pape saint Jean-Paul II appelle une venue "sainteté nouvelle et divine. »(5)cf. La sainteté nouvelle et divine à venir C'est le vrai sens du « millénaire » symbolique attendu dans le christianisme : un triomphe et Repos du Sabbat pour le Peuple de Dieu :

Dieu lui-même avait prévu de réaliser cette sainteté «nouvelle et divine» dont le Saint-Esprit souhaite enrichir les chrétiens à l'aube du troisième millénaire, afin de «faire du Christ le cœur du monde». —POPE JEAN-PAUL II, Discours aux Pères Rogationnistes, n. 6, www.vatican.va

Maintenant… nous comprenons qu'une période de mille ans est indiquée en langage symbolique. -St. Justin Martyr, Dialogue avec Trypho, ch. 81, Les Pères de l'Église, Patrimoine chrétien

Quand cela viendra-t-il ? D'après Esaïe et le livre de l'Apocalypse : après la fin de la tyrannie. Ce jugement de l'Antéchrist et de ses disciples, un jugement « des vivants », est décrit comme suit :  

Et alors ce méchant sera révélé que le Seigneur Jésus tuera avec l'esprit de sa bouche; et détruira avec l'éclat de sa venue… Quiconque adore la bête ou son image, ou accepte sa marque sur le front ou la main, boira aussi le vin de la fureur de Dieu…  (2 Thessaloniciens 2:8; Ap 14:9-10)

En accord avec les Pères de l'Église primitive, l'écrivain du XIXe siècle, le P. Charles Arminjon explique ce passage comme une intervention spirituelle du Christ,(6)cf. Le milieu à venir pas la Seconde Venue à la fin du monde.

Saint Thomas et Saint Jean Chrysostome expliquent les mots quem Dominus Jésus détruit illustratione adventus sui («Que le Seigneur Jésus détruira avec l'éclat de sa venue») dans le sens où le Christ frappera l'Antéchrist en l'éblouissant d'un éclat qui sera comme un présage et un signe de sa seconde venue… -La fin du monde actuel et les mystères de la vie future, Fr. Charles Arminjon (1824-1885), p. 56-57; Presse de l'Institut Sophia

Oui, du bout des lèvres, Jésus mettra fin à l'arrogance des milliardaires, banquiers, « philanthropes » et patrons du monde qui refaçonnent sans réserve la création à leur image :

Craignez Dieu et donnez-lui gloire, car son temps est venu de siéger en jugement [sur]… Babylone la grande [et]… quiconque adore la bête ou son image, ou accepte sa marque sur le front ou la main… Alors j'ai vu les cieux s'ouvrir, et il y avait un cheval blanc ; son cavalier s'appelait « Fidèle et Vrai ». Il juge et fait la guerre avec justice… La bête fut capturée et avec elle le faux prophète… Les autres furent tués par l'épée qui sortait de la bouche de celui qui montait à cheval… (Rev 14:7-10, 19:11, 20-21)

Cela a également été prophétisé par Isaïe qui a également prédit, dans un langage étonnamment parallèle, un jugement à venir suivi d'une période de paix. 

Il frappera les impitoyables avec la verge de sa bouche, et du souffle de ses lèvres il tuera les méchants. La justice sera la bande autour de sa taille, et la fidélité une ceinture sur ses hanches. Alors le loup sera l'invité de l'agneau… la terre sera remplie de la connaissance de l'Éternel, comme l'eau couvre la mer…. Ce jour-là, le Seigneur le reprendra en main pour récupérer le reste de son peuple qui reste… Lorsque votre jugement se lève sur la terre, les habitants du monde apprennent la justice. (Isaiah 11:4-11; 26:9)

Cette ère de paix est ce que les Pères de l'Église appelaient la Repos du Sabbat. Suivant l'allégorie de saint Pierre selon laquelle « un jour est comme mille ans », ils ont enseigné que le Jour du Seigneur est le « septième jour » après environ 6000 XNUMX ans depuis Adam. 

Et Dieu se reposa le septième jour de toutes ses oeuvres… Par conséquent, un repos sabbatique reste encore pour le peuple de Dieu. (Hé 4:4, 9)

… Quand Son Fils viendra et détruira le temps des sans-loi et jugera les impies, et changera le soleil et la lune et les étoiles - alors Il se reposera en effet le septième jour… après avoir donné du repos à toutes choses, je ferai le début du huitième jour, c'est-à-dire le début d'un autre monde. —Lettre de Barnabas (70-79 après JC), écrite par un père apostolique du deuxième siècle

Le huitième jour étant éternité. 

Par conséquent, frères et sœurs, nous observons non seulement la tyrannie mondiale se répandre avec Vitesse étourdissante, choc et effroi , mais sans doute témoin de la mise en place de toute l'infrastructure de la « marque de la bête » : un système de passeport sanitaire lié à la « marque » d'un vaccin, sans lequel on ne pourra pas « acheter ou vendre » (Ap 13 :17). Remarquablement, le saint orthodoxe Paisios, décédé en 1994, a écrit à ce sujet avant sa mort :

 … maintenant un vaccin a été développé pour lutter contre une nouvelle maladie, qui sera obligatoire et ceux qui le prendront seront marqués… Plus tard, quiconque ne sera pas marqué avec le numéro 666 ne pourra ni acheter ni vendre, ni obtenir de prêt, ni trouver un emploi, etc. J'ai l'intime conviction que c'est le système par lequel l'Antéchrist a choisi de prendre le contrôle du monde entier, et ceux qui ne feront pas partie de ce système ne pourront pas trouver du travail ni quoi que ce soit d'autre — qu'il soit noir, blanc ou jaune ; en d'autres termes, le monde entier se retrouvera sous l'emprise d'un système économique qui contrôlera l'économie mondiale, et seuls ceux qui auront accepté le sceau, la marque correspondant au nombre 666, pourront participer aux transactions commerciales. -Elder Paisios — The Signs of the Times, p.204, Saint Monastère du Mont Athos / Distribué par AtHOS ; 1ère édition, 1er janvier 2012 ; cf. countdowntothekingdom.com

Si c'est le cas, cela signifie aussi que la fin du règne de la tyrannie approche… et que le Triomphe du Cœur Immaculé et de Jésus, notre Sauveur, est proche. 

Elle était enceinte et pleurait de douleur alors qu'elle travaillait pour accoucher… Elle a donné naissance à un fils, un enfant mâle, destiné à gouverner toutes les nations avec une barre de fer. (Apo 12: 2, 5)

… La communion parfaite avec le Seigneur dont jouissent ceux qui persévèrent jusqu'au bout: le symbolisme du pouvoir donné aux vainqueurs… le partage de la résurrection et la gloire du Christ. -La Bible de Navarre, Révélation; note de bas de page, p. 50

Au vainqueur, qui gardera mes voies jusqu'à la fin, je donnerai autorité sur les nations. Il les gouvernera avec une barre de fer… Et à lui je donnerai le L'étoile du matin. (Apo 2: 26-28)

L'Éternel soutient les humbles; les méchants qu'il jette à terre. -Psaume du samedi

 

—Mark Mallett est l'auteur de La confrontation finale et Le mot maintenant, et cofondateur de Countdown to the Kingdom

 

Lecture connexe

La prophétie d'Isaïe au sujet du communisme mondial

Le retour du communisme

Le millénarisme - ce que c'est et ce n'est pas

Comment l'Ère a été perdue

Les douleurs du travail sont réelles

Le jour de la justice

La justification de la sagesse

La Résurrection de l'Église

Le prochain repos du sabbat

Les papes et l'ère naissante

Se préparer pour l'ère de paix

 

 

Notes

Notes

1 Jn 18: 36
2 Contrairement à ce que certains érudits bibliques prétendent, saint Augustin n'était pas opposé à la compréhension d'Apocalypse 20 :6 comme une sorte de renouveau spirituel : « … période, un saint loisir après les travaux de six mille ans depuis que l'homme a été créé… (et) il devrait s'ensuivre à l'achèvement de six mille ans, à partir de six jours, une sorte de sabbat du septième jour dans les mille ans suivants… Et cette opinion ne serait pas répréhensible, si l'on croyait que les joies des saints, en ce sabbat, seront spirituelles, et conséquentes à la présence de Dieu… » — St. Augustin d'Hippone (354-430 après JC ; docteur de l'Église), De Civitate Dei, Bk. XX, Ch. 7, Presses de l'Université catholique d'Amérique
3 cf. Les papes et l'ère naissante
4 cf. La Résurrection de l'Église
5 cf. La sainteté nouvelle et divine à venir
6 cf. Le milieu à venir
Publié dans De nos contributeurs, Écriture, L'ère de la paix, Le mot maintenant, La seconde venue.